LES ANIMAUX DU LIMOUSIN

La campagne présente aujourd'hui des paysages moins variés qu'avant le remembrement et qu'au temps de la petite agriculture familiale. Elle abrite une faune abondante mais fragile, très sensible à l'impact humain.

Les grands mammifères sont devenus exceptionnels, rejetés dans les plus grands massifs forestiers et les zones les plus sauvages de la partie montagneuse.

Seul, le chevreuil semble connaître une certaine expansion grâce au développement des plantations de conifères. Il affectionne les fourrés que celles-ci constituent pendant les premières années.

Le sanglier reste également assez fréquent par endroits.

Les mammifères gibiers sont également de plus en plus rares.

Le lapin a été décimé par la myxomatose et le lièvre par la tularémie. Une chasse trop sévère n'a rien arrangé.

Les petits carnivores (belettes, hermines, putois, fouines, martres) existent un peu partout, même si on les voit rarement car ils sont essentiellement nocturnes et devenus méfiants, traqués par l'homme qui les a injustement traités de nuisibles.

Le renard surtout, le blaireau se rencontrent aussi. Encore mal connus, les micro mammifères (hérissons, musaraignes, taupes, chauve-souris, loirs, lérots, campagnols, rats, mulots et souris) peuplent là et ailleurs la campagne, et fort heureusement le gentil écureuil semble avoir recouvré depuis quelques années une population à nouveau satisfaisante.

 

Les MARAIS ET LANDES

Les nombreux lieux humides, les marécages, les étangs sont peuplés par toute une faune de vertébrés caractéristiques avec : grenouilles, crapauds, tritons, salamandres, couleuvres et notamment le typique lézard vivipare dans les fonds tourbeux les plus vastes.

Les lisières, les landes et les coteaux plus secs montrent d'autres espèces non moins caractéristiques avec d'autres lézards et d'autres reptiles, telle la méfiante vipère aspic.

Tout un monde secret et coloré d'invertébrés divers : insectes, araignées, mille-pattes, vers et mollusques vit en plus ou moins bonne harmonie dans les multiples biotopes (milieux) qu'offre le bocage si varié. Mais ils sont encore forts mal connus dans la région.

Comme tous les autres animaux et tous les végétaux, ils jouent un rôle essentiel et vital dans les délicats équilibres qui régissent la nature et ne sont ni fondamentalement nuisibles, ni fondamentalement utiles. Ce n'est qu'une question de quantité relative.


Accueil